Dans sa quête de progrès vers la prise en considération de l’être humain dans la globalité de son existence, la médecine viens d’esquisser un pas complémentaire en ajoutant à sa préoccupation de traiter la maladie, celle d’apporter ses soins aux mourants. Ce souci du bien-être, du « mieux-être », du confort de l’autre est transféré depuis la fin du siècle dernier des unités spécialisés de la médecine aux Soins Palliatifs. Il a suscité un déplacement de l’intérêt scientifique pour les moyens de guérir à ceux de tracer les voies les moins traumatisantes du mourir. Parmi elles, l’euthanasie et l’assistance au suicide se sont révélées les plus critiques et les plus sujettes à réflexions et aux débats. Cette transmutation a obligé les soignants à inviter à la table des débats les politiques, juristes, philosophes, scientifiques, administrateurs et religieux pour clarifier leurs positions sur les problèmes posés à la société par un nouvel art de vivre et de mourir.

De médical, le thème des soins palliatifs s’est focalisé sur un problème de société devant la nécessité d’accueillir un nombre de plus en plus élevé de personnes atteintes par le grand âge et des conséquences sur leur santé. Il s’agit d’accompagner les patients atteints dans leur cheminement vers la finitude ou leur décision de mettre un terme à une existence devenue si insupportable qu’ils préfèrent y mettre fin prématurément. Ainsi, se posent les questions de la « méthodologie » du mourir et celle de l’organisme ou de la personne chargée d’exécuter cette décision. C’est aux questions posées à la médecine et à la société que cette réédition tente de répondre, à la lumière des enquêtes initiées par les institutions publiques chargées de recueillir les opinions susceptibles d’orienter une politique de santé appropriée aux approches de la mort.

 

Editions L’Harmattan

Nouvelle édition

Le-rôle-des-soins---aplat-2e-edition

 

Ce livre pose un regard rétrospectif sur la médecine moderne, qui, envahie par les techno sciences, avait oublié de s’occuper de l’homme dans sa totalité. Il se propose de décrire une autre conception de la médecine où malades, personnes âgées et mourants sont pris en charge dans leur globalité avec leur composante physique, psychique et spirituelle. Appelée palliative, elle vise moins à guérir qu’à soigner et à accompagner.

Quelles sont les raisons qui incitent les soignants à soulager la souffrance en fin de vie ? Comment sera-t-il possible de les recruter au moment où les vocations et intérêt pour les professions de santé diminuent pendant que les besoins augmentent ? Ce sont les interrogations sur les pratiques et l’avenir de cette nouvelle médecine centrée sur la communication et les relations entre soignants et soignés, en institution ou à domicile qui sont esquissées ici. Son adaptation à la solution des problèmes posés par la modernité permettra-t-elle de rendre à l’être humain en fin de vie sa dignité perdue dans les arcanes de l’administration, les itinéraires mystérieux de la science, les pièges des techniques et de rompre son isolement dans la société ?

Première édition

Le-role-des-soins-palliatifs-1ere-edition---couverture  Le-role-des-soins-palliatifs-1ere-edition---4e-de-couverture